Blanc


documentation (45 sec.) : WARC Gallery 2006/01/13-2006/02/26

video

version française suit ...
Blanc is a two channel video installation that presents a series of brief portraits of women gesturing toward the camera/viewer. Although punctuated by moments of white, this sequence of moving imagery is rhythmic and unyielding. Each dispossessed subject is engaged in a similar moment – a turn, a glance – all invisibly common within the original cinematic context from which it is drawn. Blanc is the first installment of a video trilogy, entitled Les Documents, that uses segments of footage appropriated from film and television to explore associations, implications and semiotics relating to a common cinematic gesture. The work activates our existing relationship with the moving picture in entertainment and amplifies the populist recognition of stereotypical situations and roles inhabited by females. Characterized by heavy manipulation and drastic reframing, the images and accompanying soundscape, articulate an atmosphere of anxiety and destabilization – serving to create a new encounter with our memory and expectations of the filmic genres.
The artist would like to acknowledge Le Laboratoire d’art and Pine Needle Blankets Productions for production support in the realization of this project.
-----
Blanc est une installation vidéo de deux projections en boucle composée d’une centaine de portraits de femmes évoluant vers l’objectif de la caméra. Ponctuées par des instants de blanc, ces séquences d’images en mouvement sont rythmées en continu. Chaque sujet exécute une activité identique - une pose, un jeu de regard - dans une similarité imperceptible au sein du contexte filmique original. Blanc est la première partie d’une trilogie vidéographique, intitulée Les Documents, qui utilise des images empruntées au cinéma et la télévision pour explorer des associations, implications et sémiotiques relatant à un geste cinématographique commun. L’oeuvre déclenche nos relations existantes aux images de l’industrie du spectacle et amplifie les rôles stereotypés des femmes. Par la pratique du montage, la manipulation numérique, et la répétition le récit est interrompu pour souligner les contructions idéologiques constitutives du cinema populaire. Accompagnée d’une trame sonore sombre soigneusement manipulée et reconstruite, cette oeuvre produit un atmosphère d’inquiétude et de déstabilité afin d’offrir une nouvelle rencontre entre notre mémoire et nos attentes du genre filmique.
L’artiste remercie le Laboratoire d’art et Pine Needle Blankets Productions pour leur appui dans la production de cette oeuvre.